La Bonnotte de Noirmoutier

La Bonnotte de Noirmoutier

Ambassadrice universelle de l’île, la pomme de terre Bonnotte de Noirmoutier est méconnue et son originalité fait son prestige. Sa production est d’environ 100 tonnes. Originaire de Barfleur, cette petite pomme de terre ronde s’est implantée sur l’île entre les deux
guerres. Sa production avait été délaissée alors que la mécanisation débutait, car trop fragile et petite, la Bonnotte de Noirmoutier devait être ramassée à la main, ce qui n’était pas rentable. Depuis elle a fait son grand retour dans nos assiettes !

Récolte : du 8 mai – 20 mai
Production annuelle : 100 t
Espace cultivé : 5 ha

La Bonnotte de Noirmoutier, variété de pomme de terre primeur et terroir par excellence, est ancrée dans la mémoire des noirmoutrins. Variété à succès des années 1950, elle est connue pour son caractère historique et festif. Elle est l’ambassadrice universelle de l’île, son originalité en fait son prestige. Son histoire débute dans les années 1920-1930, où un cultivateur perspicace ramène dans ses bagages une nouvelle variété de pomme de terre de la région de Barfleur dans la Manche. Elle fait ses premiers pas sur l’île indifféremment sous les noms de « Bounotte », « Bonnette » ou encore « Bonnet ». Elle s’affirmera pourtant très vite sur l’île et à l’exportation sous le nom de « Bonnotte »

Cependant, vers 1960, la Bonnotte de Noirmoutier disparaît avec l’arrivée de l’ère de la mécanisation. Trop fragile, elle ne peut qu’être plantée et ramassée à la main.

C’est en 1995 que les artisans cultivateurs de l’île de Noirmoutier décident de la faire vivre de nouveau, n’ayant jamais oublié celle qui est  à l’origine de leur renommée… C’est pourquoi 30 ans après, ils ont décidé de ressusciter la Bonnotte et de la remettre sur le marché. Pour réaliser son défi, la Coopérative Agricole de  Noirmoutier s’est adressée à l’INRA de Brest, qui, dans ses laboratoires, a recrée de manière identique ce prestigieux tubercule du passé. Les agriculteurs noirmoutrins ont pu ainsi, dès 1995, planter les semences de la Bonnotte et, comme dans le passé, la récolter à la main. En 1996, la pépite d’or revient sur le marché. Elle fut déclarée la pomme de terre la plus chère du monde lors d’une vente aux enchères à Drouot. Remise au goût du jour, elle s’offre une nouvelle jeunesse auprès des consommateurs enthousiasmés par son originalité. Aujourd’hui avec son goût prononcé de châtaigne fraîche, elle est devenue une ambassadrice universelle du savoir-faire en primeur de l’île de Noirmoutier.

Cuite à la vapeur pour l’expression de tous ses arômes ou juste blanchie et rissolée dans du beurre salé, elle rend gourmands tous les gourmets.